technologie impression 3D

Quelle technologie d’impression 3D choisir : SLA ou FDM ?

Au fil du temps, de nombreuses technologies proposant une impression 3D ont vu le jour. Ces dernières ont toutes le même objectif, celui de convertir en modèle physique un modèle numérique. Pour parvenir à cet objectif, chaque technologie a ses spécificités et notamment ses propres résultats. Les technologies les plus utilisées sur le marché sont la SLA (stéréolithographie) et la FDM (dépôt de filament). Laquelle donc choisir pour son impression 3D ?

Les matériaux

La technologie FDM étant la plus populaire et la plus accessible, on retrouve sur le marché de nombreux matériaux développés pour elle, à l’exemple des plastiques ABS ou PLA. Pour ce qui est de la technologie SLA, des résines aux couleurs plus limitées sont utilisées, mais à un coût plus élevé (jusqu’à 150 €/L).

La qualité d’impression

Modèle créé à partir de la technologie d'impression 3D SLA

Modèle créé à partir de la technologie d’impression 3D SLA

Ici, on constate très rapidement que pour une épaisseur à couche égale, la qualité est meilleure avec la technologie SLA (stéréolithographie). En outre, aucune force n’est exercée durant l’impression, car la SLA utilise la photopolymérisation, ce qui a l’avantage de délivrer des surfaces bien plus lisses, ainsi qu’une épaisseur de couche oscillante entre 0,05 et 0,01 mm. Cependant, la technologie FDM nécessite un bon calibrage de la machine et l’épaisseur de couche d’une imprimante 3D varie plutôt entre 0,05 et 0,3 mm.

Le post-traitement

Modèle créé à partir de la technologie d'impression 3D SLA

Modèle créé à partir de la technologie d’impression 3D SLA

Le travail ne se termine pas seulement lorsque notre imprimante 3D a fini son impression ! Il convient également d’observer le post-traitement, qui est relativement simple avec la technologie FDM. Il nécessite toutefois un peu plus de temps avec la technologie SLA.

Les prix du marché

Le prix est également un critère essentiel dans le choix de votre technologie. Pour une imprimante FDM, on retrouve des modèles accessibles à moins de 200 euros, tandis que pour les SLA, le prix commence plutôt aux alentours de 1 000 euros pour les modèles low-costs.

Les avantages et les inconvénients de la technologie FDM

En plus d’être la plus répandue et de disposer d’une large communauté, cette technologie possède un fonctionnement et une utilisation très faciles. En outre, les prix sont très accessibles. Cependant, les détails d’impressions sont généralement inférieurs en comparaison aux autres procédés et uniquement 3 ou 4 coloris peuvent être combinés.

Les avantages et les inconvénients de la technologie SLA

La pluralité des modèles permet d’utiliser cette technologie dans plusieurs secteurs, et il existe des résines techniques conçues spécialement pour la joaillerie ou le dentaire. En outre, les modèles créés proposent une meilleure résolution et précision. Toutefois, les prix des imprimantes sont souvent plus élevés et il est impossible de combiner plusieurs coloris ou résines. Des connaissances techniques sont par ailleurs requises dans certains cas.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire