Imprimante SLA - Photo n°1

Imprimante SLA – Photo n°1

La Stéréolithographie ou stereolithograph apparatus (SLA) en anglais, est un procédé de fabrication de modèles 3D obtenus grâce à l’utilisation une résine sensible aux UV, solidifiée par des couches de laser successives (photopolymérisation).
Utilisée dans de nombreux domaines, elle a connu différentes innovations et évolutions jusqu’à aujourd’hui.

La Stéréolithographie… À l’origine de l’ impression 3D

Derrière ce procédé au nom difficilement prononçable, se cache l’Américain Charles Hull qui met au point le concept et en obtient le brevet en 1984.

En 1988, il fonde la société 3D Systems et offre à son procédé ses premières applications concrètes et commerciales, notamment dans le domaine industriel et la joaillerie.

la Stéréolithographie est considérée comme l’ancêtre de l’imprimerie 3D.

Comment fonctionne une imprimante 3D par Stéréolithographie ?

Fonctionnement de l'impression SLA - Photo n°2

Fonctionnement de l’impression SLA – Photo n°2

Une imprimante 3D SLA se compose :

  • d’une machine de Stéréolithographie
  • d’un bac de résine
  • d’un laser à rayon UV
  • d’une plate-forme mobile
  • d’un système de raclage
  • d’une optique de focalisation

Quant à son fonctionnement, il reste très proche de l’ imprimante 3D actuelle. On transmet à la machine un fichier numérique contenant les informations nécessaires à la modélisation 3D. Là, un second logiciel effectue une découpe virtuelle de la pièce à fabriquer puis envoie les informations à l’imprimante.

Ensuite, le laser frappe la résine liquide, couche par couche, en suivant les instructions données par le logiciel. Une fois la section concernée solidifiée, le laser effectue la même opération sur une nouvelle partie de la pièce, jusqu’à ce que cette dernière atteigne son volume complet.

Les évolutions de la Stéréolithographie

L'imprimante SLA - Photo n°3

 Imprimante SLA – Photo n°3

De nombreuses améliorations ont été apportés à cette technologie au fil du temps. Parmi celles-ci on peut trouver par exemple :

  • le procédé DLP, où un vidéo-projecteur est utilisé à la place du laser afin de couvrir plus d’espace
  • la technique MovingLight, qui permet d’accélérer considérablement le processus de fabrication

Actuellement, les recherches se focalisent avant tout sur la possibilité d’individualiser et de généraliser l’utilisation de l’imprimerie 3D par Stéréolithographie (en utilisant la lumière UV d’un smartphone par exemple). Cette technologie devrait donc encore nous surprendre dans les années à venir.