L’impression 3D, cette technique de fabrication additive par projection de résine, de plastique ou même de métal en couches successives à partir de plans 3D, permet de produire, en petite quantité et sans usine, toutes sortes d’objets sur mesure. Elle se révèle aujourd’hui particulièrement utile dans la lutte contre le Covid-19 en permettant de fabriquer des visières de protection, des poignées de portes sans contact ou encore des valves pour transformer des masques de plongée en accessoires de respiration artificielle.

Visières de protection fabriquées par des particuliers

Depuis plusieurs jours, des particuliers équipés d’imprimantes 3D se sont mis à fabriquer des visières de protections pour le personnel médical, les pompiers ou encore les commerçants. A partir de plans en 3D, validés par des professionnels de santé, ils font tourner leurs machines à plein régime. La fabrication d’une visière prend entre 20 minutes et 1h.

Ce n’est pas la première fois que cette technologie est utilisée en santé. On s’en est déjà servi pour fabriquer des petites prothèses chirurgicales qui ont permis de sauver des vies. Récemment, un prototype de respirateur artificiel d’urgence a même été fabriqué par impression 3D. Il est actuellement testé à l’hôpital Henri-Mondor de Créteil et à la Pitié-Salpêtrière.

60 machines au service de l’AP-HP

L’AP-HP a décidé d’investir elle-même dans des imprimantes 3D. Un parc de 60 imprimantes 3D va être installé dans un local de l’hôpital Cochin, à Paris. Ces machines achetées en Allemagne vont servir à fabriquer toutes sortes d’équipements pour les soignants, comme des visières, des pousse-seringues électriques, du matériel d’intubation, etc.

Le site 3DCOVID.org a été lancé afin de répertorier les projets et les plans en 3D destinés à la réalisation de ces équipements.